Atteinte à l’image de l’entreprise par un salarié, dans quel contexte ?

Atteinte à l’image de l’entreprise par un salarié

De nos jours, le salarié utilise une variété de moyens de communication pour échanger et s’exprimer. Cependant, il existe des limites à sa liberté d’expression au travail, et définir précisément ces limites peut s’avérer complexe.

Les règles qui encadrent la liberté d’expression au travail sont comparables à celles qui s’appliquent aux médias. Elles englobent les fausses nouvelles, les propos excessifs, la diffamation, les injures, et bien d’autres.

Maintenir une image positive est essentiel pour une entreprise, tant vis-à-vis de ses fournisseurs que de ses clients. Une réputation solide renforce la confiance et facilite la création de partenariats fructueux.

D’ailleurs, les employés sont les porte-paroles de l’entreprise et ont ainsi le pouvoir d’influencer son image.

Certains comportements peuvent néanmoins porter atteinte à cette réputation, incitant l’employeur à prendre des mesures. Ce dernier peut ainsi mettre en œuvre des actions spécifiques pour protéger les intérêts de l’entreprise. Les détails dans cet article.

Sphère privée ou espace public ?

La liberté d’expression du salarié, dans sa vie personnelle ou professionnelle, ne doit pas être utilisée de manière abusive. Elle doit rester raisonnable et éviter tout excès.

Un usage inapproprié de cette liberté peut, selon les circonstances, être un motif valable de mettre fin à un contrat de travail. Cela inclut des commentaires injurieux, diffamatoires ou excessifs, pouvant porter atteinte à la réputation de l’entreprise.

La jurisprudence a confirmé la légitimité de licencier des employés pour divers motifs, dont voici quelques exemples :

  • Un salarié a prétendu en public que l’employeur avait proféré des remarques humiliantes envers un collègue, dans le but de dénigrer les dirigeants et de susciter des conflits entre eux et les employés ;
  • Un employé en congé maladie a insulté son supérieur devant des clients et d’autres salariés ;
  • Un salarié a répandu de fausses informations en dehors de la société afin de porter préjudice à l’employeur.

Poids de l’atteinte à l’image de l’entreprise

Une entreprise dont la réputation est entachée peut subir d’importantes répercussions, affectant notamment :

  • La confiance des investisseurs ;
  • La perception de la marque ;
  • La valeur des actions ;
  • Les revenus et les bénéfices ;
  • La stabilité financière ;
  • La santé des employés ;
  • La rétention du personnel ;

Afin d’éviter ces conséquences, l’employeur doit prendre des mesures concernant le comportement de certains employés.

Illustrons cela avec un exemple :

Un salarié pourrait penser qu’il est protégé derrière les réseaux sociaux. Par conséquent, il estime pouvoir divulguer des informations confidentielles préjudiciables à l’image de l’entreprise.

Il est donc tout à fait normal que l’employeur intervienne et prenne des mesures disciplinaires à l’encontre du collaborateur.

Licenciement disciplinaire possible ou non ?

Le licenciement disciplinaire représente une mesure que l’employeur peut prendre face à un salarié jugé coupable d’un acte inapproprié. La réponse est donc oui, c’est une option tout à faut envisageable.

Actes personnels rattachés à la vie professionnelle

Les frontières entre la vie professionnelle et personnelle ne sont pas toujours claires. Un incident dans votre vie privé ne signifie pas nécessairement qu’il n’y aura aucune répercussion au travail.

L’idée fondamentale est qu’un événement de l’environnement privé ne devrait normalement pas entraîner une sanction disciplinaire. En d’autres termes, ce qui se passe dans votre vie personnelle ne concerne que vous.

Cependant, il est parfois difficile de séparer complètement ces deux environnements, et les actions personnelles peuvent avoir des conséquences professionnelles.

Un licenciement disciplinaire pour un acte commis dans la sphère privée est envisageable. Cela dépend néanmoins de la nature de l’acte et s’il constitue une violation des obligations contractuelles.

Prenons des exemples :

Un employé affecté à la sécurité semble être sous l’influence de stupéfiants pendant son service. Bien que la consommation ait eu lieu en dehors de son travail, il a été licencié.

De même, exercer une activité concurrente à l’extérieur entraîne un licenciement. Le salarié demeure soumis à l’obligation de loyauté envers son employeur.

Parfois, la jurisprudence tolère des licenciements pour des fautes commises en dehors du cadre professionnel. Même si elles ne semblent, à première vue, avoir aucun lien évident avec les obligations contractuelles.

Obligations professionnelles non respectées en dehors du lieu de travail

Les employés jouissent de droits et de libertés au sein de leur environnement professionnel.

Toutefois, ils sont également tenus de respecter leurs responsabilités contractuelles en toutes circonstances, y compris en dehors de l’entreprise.

Le devoir de loyauté impose au salarié l’obligation d’honorer son contrat de travail et de s’abstenir de tout comportement répréhensible pouvant préjudice à l’entreprise.

Ces obligations sont définies par les articles 1135 du Code Civil et L 1222-1 du Code du Travail.

Elles incluent :

  • L’exercice d’une autre activité pendant un arrêt maladie ;
  • Les actes contraires aux intérêts de la société ;
  • Les critiques négatives envers l’employeur.

Outre le principe de loyauté, le salarié est tenu au devoir de discrétion et de confidentialité vis-à-vis des informations auxquelles il a accès. Il peut s’agir des documents financiers ou de secrets de fabrication.

De même, la révélation d’un secret professionnel peut entraîner des sanctions sévères, allant jusqu’à une amende de 30 000 euros. À cela s’ajoute une peine d’emprisonnement selon l’article L 1227-1 du Code du Travail.

Licenciement non disciplinaire possible ?

L’employeur peut invoquer un motif personnel non disciplinaire, basé sur des aspects liés à la personne du salarié.

Le licenciement pour insuffisance professionnelle est une option que peut exercer l’employeur. Celui-ci pourra être invoqué dans le cas où le salarié n’accomplit pas ses fonctions de manière satisfaisante.

Cependant, l’insuffisance de résultat d’un salarié peut-il vraiment être une raison valable pour un  licenciement ? Il faut souligner que bien que des salariés soient soumis à des objectifs contractuels, l’insuffisance de résultats en soi ne constitue pas automatiquement un motif valable.

L’employeur ne peut pas mettre fin au contrat d’un salarié exclusivement pour cette raison. La comparaison entre les résultats réels atteints et les objectifs fixés n’est pas suffisante pour justifier un licenciement.

En ce qui concerne les raisons de santé, un licenciement n’est généralement pas envisageable, à moins qu’une inaptitude ne soit diagnostiquée par le médecin du travail. Les absences répétées ou prolongées peuvent cependant conduire au licenciement du salarié.

En outre, les comportements et actions des employés, même dans leur vie privée, peuvent avoir des répercussions importantes. Ces derniers sont susceptibles d’être retenus par l’employeur comme motif suffisant pour un licenciement.